Quand concevoir un enfant n'est pas facile... Et si on parlait un peu de fertilité?


Tu devrais faire un article sur les difficultés que peuvent rencontrer certaines femmes, 
quand elles décident d'avoir un enfant!!! 
Parce qu'on n'en parle pas assez!!!


C'est ce que m'a dit une amie très proche il y'a quelque jours!!! 
Elle et son partenaire ont du mal à avoir un enfant, elle m'en avait déjà parlé auparavant, mais sans vraiment entrer dans les détails.

Cette fois-ci, elle a évoqué avec moi tout ce par quoi elle est passée dans le cadre de son désir d'enfant et ce qu'il lui reste à ENDURER

Endurer, je pense est le mot approprié car avoir un enfant ne devrait pas être aussi compliqué, aussi éprouvant moralement, physiquement et psychologiquement. Et donc injuste!!!

Cela relève du parcours du combattant!!!

Pour vous replacer dans le contexte, mon amie ne savait pas qu'elle allait avoir des difficultés à être enceinte jusqu'à ce qu'elle décide d'avoir des enfants. Elle a l'impression qu'il y'a un certain tabou autour de l'infertilité.

Et je partage son point de vue!!!

La difficulté à être enceinte ou encore les fausses couches sont des sujets assez sensibles qu'on tait / minimise bien souvent et je trouve cela dommage!!!

Quelques années auparavant, mon amie a découvert qu'elle avait une endométriose* et les derniers examens qu'elle a fait montrent que ses trompes sont bouchées. 


Elle va donc devoir subir une opération!!!


*L'endométriose, c'est quand le tissu utérin pousse en dehors de son emplacement normal et s'implante dans les ovaires, les trompes de Fallope et d'autres organes. Il s'agit d'une affection complexe très répandue et c'est une maladie très douloureuse, invalidante et qui peut être source d'infertilité.

Si vous souhaitez plus d'informations sur l'endométriose, 
je vous invite à consulter le site de l'association française de lutte contre l'endométriose: EndoFrance.


Voilà, c'est là où elle en est à présent!
Je vous laisse imaginer son choc, celui de son partenaire et de nous, ses proches quand on a appris la nouvelle.

Avoir des informations quand on est dans ce genre de situation permet de ne pas perdre de temps, de savoir à qui s'adresser et surtout de comprendre ce qui arrive.

Afin de prendre les bonnes dispositions!

En parler aux bonnes personnes (psychologue, parents proches, forums...) et donc savoir à qui s'adresser permet de se sentir comprise ou même juste écoutée, un peu moins seule et surtout rassurée, réconfortée mais également soutenue.

Ce sont les raisons pour lesquelles, je partage avec vous ce qui suit.

 Et bien évidemment, je ne suis pas médecin!!!

Si vous avez besoin de plus d'éclairage, des questionnements, un spécialiste serait à même d'y répondre et de mieux vous orienter. 

Mais c'est important de s'instruire sur le sujet, d'avoir une idée de ce que c'est.


Quelques informations sur l'infertilité

Il y'a une grande différence entre l'infertilité (retard dans la conception) et la stérilité (impossibilité de concevoir). 

On parle d'infertilité lorsqu'en absence de toute contraception et ce, malgré des rapports sexuels réguliers et assez fréquents, un couple ne réussit pas à concevoir un enfant au bout de 12 mois environ.


On distingue deux types d'infertilité

L'infertilité primaire, elle concerne les couples* n'ayant jamais eu d'enfants (aucune grossesse).
L'infertilité secondaire, elle concerne les couples* ayant un ou plusieurs enfants.

Il me semble plus judicieux de parler de couples* car je pars du principe que le désir d'enfant est propre aux deux partenaires.

L'infertilité primo-secondaire, elle concerne les femmes dont la grossesse n'a pas pu arriver à terme.


 L'infertilité féminine peut être dû à:
  • Des ovaires capricieux, des trompes obstruées, une endométriose ou encore un utérus inhospitalier, une mauvaise hygiène de vie, et... l'âge**.

**La fécondabilité (la probabilité de naissance ou encore la probabilité que l'ovule soit fécondable) chez la femme est stable jusqu'à 30 ans,  puis diminue légèrement après 30 ans et la baisse s'accentue après 35 ans (je ne cherche pas à alarmer ou encore à effrayer, mais juste à renseigner, à partager les différentes informations collectées)

Cela ne veut pas dire que passé 35 ans, il est impossible d'avoir un enfant, loin de là!!! 
C'est possible, c'est juste que la probabilité que cela "ne soit pas facile" est élevée. 

De plus, il est recommandé passé 35 ans, de ne pas attendre un an d'essais de conception infructueux avant de consulter mais plutôt  6 mois.

  • Certains perturbateurs endocriniens (P.E): les pesticides, les insecticides, le bisphénol A et les phtalates...

Pour en savoir plus sur les perturbateurs endocriniens, je vous invite à faire un tour par ici , il y'a un article complet et bien détaillé sur les perturbateurs endocriniens, leur impact sur la fertilité et des conseils sur comment s'en protéger.

  • La pollution environnementale et certains métaux lourds et très polluants pour notre environnement tel que le plomb.

Chez les hommes:

C'est une mauvaise qualité du sperme (altération du sperme: baisse de la qualité et de la quantité de sperme) qui est en général la cause de l'infertilité (d'où la nécessité de consulter à deux pour éviter par exemple à la femme des examens complémentaires). 

En cas d'anomalie du sperme, avoir recours à un médecin spécialiste de la reproduction est recommandé. On demande généralement de faire un spermogramme et un spermocytogramme, parfois d'autres examens complémentaires peuvent être prescrits.


La première chose à faire quand on a un doute sur sa fertilité (que l'on soit en couple ou pas), c'est de consulter un médecin afin d'effectuer un large test de fertilité. Certes il y'a des gynécologues qui sont spécialistes de l'infertilité mais un généraliste peut tout aussi bien vous orienter vers le bon professionnel.


L'inconscient aussi peut en être la cause

Parfois l'inconscient peut être en jeu dans cette affaire. Depuis notre conception, jusqu'à maintenant et même au delà de notre conception, à travers nos parents, grands parents et arrières parents (voir sur deux ou trois générations au moins), notre inconscient se charge en bagage héréditaire qui se transmet de générations en générations.

Comprendre, connaitre l'histoire de sa famille (et donc une partie de son histoire) peut aider à débloquer certaines choses au niveau de l'inconscient.

Parfois l'inconscient peut bloquer la fertilité!!!

Dans ce cas, de séances de sophro analyse peuvent aider.
 La sophro analyse est une thérapie psycho-corporelle associant le corps, le coeur et l'esprit. 
C'est l'allliance de la psychothérapie et de la sophrologie.
Si vous souhaitez en savoir plus, il y'a le site de l'institut européen de sophro-analyse (ici) qui détaille le sujet.


Les examens

La plupart du temps, les examens se font en couple, afin de savoir lequel des deux souffre d'infertilité, voir même si cela concerne les deux partenaires. Cela sert aussi à comprendre le fonctionnement physique et psychique du couple, l'histoire de chacun ainsi que celui des partenaires individuellement.

Pour résumer, il y'a une première consultation qui est suivie d'un examen clinique et d'une série d'examens minutieux qui se déroulent sur plusieurs mois.


Les examens du bilan de fertilité pour les femmes

Le bilan de fertilité permet d'évaluer la fertilité. 
Il se situe à trois niveaux et comprend l'examen des trompes, des ovaires et de la glaire

Voici une liste d'examens les plus courants*** qui peuvent être prescrits dans le cadre d'un bilan d'infertilité.

Attention, il ne s'agit pas ici de généraliser car il y'a plein d'éléments qui sont pris en compte en fonction de chaque couple (contexte familial et médical). 
Là où un couple va avoir tels ou tels examens, un autre couple peut en avoir d'autres. 
C'est vraiment au cas par cas que cela fonctionne!!!


Le bilan ou test ovarien: il comprend la courbe de température, le bilan hormonal, les tests sérologiques, le bilan immunologique.

L'hystérosalpingographie encore appelé HSG: c'est l'examen des trompes et de l'utérus,  (celui-ci a été très douloureux pour mon amie, elle a eu la sensation que son corps était coupé en deux...).

Le test post coïtal de Hühner encore appelé TPC, il consiste à observer les réactions des spermatozoïdes en contact avec la glaire cervicale.

L'échographie endovaginale.

À l'issu de ce premier bilan de fertilité, d'autres examens ou tests de fertilité peuvent être demandés: caryotype sanguin, écho doppler, hystéroscopie, biopsie de l'endomètre, ceolioscopie...

***Pour plus de détails sur l'ensemble de ses examens, je vous invite à consulter  cet article et celui-ci que je trouve vraiment complets. Mon but est d'aller à l'essentiel tout en vous orientant vers les sites sur lesquels je me suis appuyée si vous souhaitez de plus amples informations.

Le bilan permet d'orienter le couple vers la bonne prise en charge, sans perdre de temps.

Au cas où une infertilité est diagnostiquée, il existe d'autres alternatives pour devenir parents (en France):

La Procréation Médicalement Assistée (PMA)
encore appelée 
L'Assistance Médicale à la procréation (AMP)


 Là encore c'est au cas par cas, dans le sens où il y'a une alternative à chaque problème de stérilité.

Parmi les plus courantes (en France)

L'insémination intra-utérine (IIU)
La fécondation in vitro (FIV)
La fécondation in vitro avec ICSI (Intracytoplasmic Sperm Injection)
L'accueil d'embryon
L'adoption...

Si vous avez besoin de plus d'informations, il y'a le site procréation médicale (ici) qui en parle !!!


À toi mon amie et à vous aussi, qui me lisez et pour qui devenir mère relève du parcours du combattant

Je veux que vous sachiez que le fait de ne pas y arriver (pour le moment) ne remet pas en cause votre statut de femme.
Je sais que ça peut paraître bête, dit comme ça mais si jamais un jour cela traverse votre esprit, si à un moment vous ne vous sentez plus légitimes, si votre entourage (et la société) vous le fait sentir... gardez cela en tête, au cas où!!!


Parlez-en!!! SI VOUS EN RESSENTEZ LE BESOIN, seule ou en thérapie de couple, avec un(e) spécialiste ou un/des proche(s), dans un groupe de parole, sur un forum. Dans tous les cas, choisissez bien à qui vous souhaitez en parler, par exemple celles/ceux qui seront à même de vous soutenir sans être intrusifs, stressants (par exemple en vous demandant à chaque fois si ça  a marché...).

En parler peut mettre les bonnes personnes sur votre chemin, cela peut aussi vous aider à prendre conscience que pleins de couples rencontrent cette difficulté et que vous n'êtes pas anormale.

Et sinon...
Je pense qu'il serait judicieux de réfléchir deux fois avant de poser à des femmes/des couples la fameuse question du: "à quand l'enfant?" ou encore "à quand le prochain?".

Déjà parce que cela ne regarde qu'eux, c'est leur vie, ils en font ce qu'ils veulent et aussi parce qu'on ne sait pas où ils en sont dans leur relation, dans leurs envies et aussi ce par quoi ils passent.