Anatomies sexuelles féminines

Anatomies sexuelles féminines

Illustrations de Meredith Grace White

Durant ma grossesse, j'ai fait un alarmant constat: je ne connais pas assez mon corps. Je connais assez bien les parties visibles, mais pour ce qui est de ce qui ne l'est pas, le reste, c'est assez flou.

Pourtant, comme presque tout le monde, j'ai eu de cours de svt sur le corps des femmes (et des hommes). Mais il faut croire que ce n'est pas suffisant et parfois, il faut se l'avouer, ce n'est pas très clair, pas assez bien représenté et surtout pas assez représentatif de la réalité (en tout cas pour ce qui concerne les femmes).

Prenons le clitoris par exemple, ce n'est qu'il y'a quelques mois que j'ai su à quoi il ressemble réellement (je vous en parle plus bas).

Rien qu'en faisant cet article, je me suis rendue compte de l'écart qu'il y'a entre les schémas proposés sur la toile (internet) et la réalité de mon corps.

Déjà au début de mes recherches, presque tous les dessins sur lesquels je tombais et qui représentaient les parties externes du corps des femmes ne s'adressaient clairement pas aux femmes noires, en tout cas moi, je ne m'identifiais pas à ceux-ci.

Et comme je ne disposais que de ceux-ci comme modèles, eh bien je m'en contentais et  j'adaptais en fonction de mon corps.


 Une initiative personnelle était donc dans ce cas nécessaire.

Comme je le disais plus haut, la mienne a débuté durant ma grossesse. Quand j'ai sû que j'étais enceinte, j'ai très vite eu envie d'en apprendre plus sur le milieu dans lequel mon bébé évoluait, à savoir mon utérus.

Je voulais savoir comment mon bébé et mon utérus allaient évoluer, comment mes organes allaient se déplacer. Je savais que des changements allaient s'opérer, que ça allait chambouler des choses en moi, mais j'avais besoin de me les représenter, de pouvoir faire le comparatif de l'avant avec l'après et pour ça je devais connaître mon corps! 

Cette impression de ne pas connaître mon corps, je l'ai également ressentie après l'accouchement, lors de mon entretien postnatal (en échangeant sur les moyens de contraception avec la gynéco de la maternité), lors de ma rééducation périnéale (en évoquant les différents muscles à travailler avec ma sage femme) et celle des grands droits (lorsque la kiné m'a fait une présentation des différents abdominaux).

C'est dans cette démarche que s'inscrit cet article, je le rédige afin de me réapproprier cette partie de mon corps, afin de mieux la connaitre. 

Je pense que connaître son corps, mieux se le représenter contribue énormément à l'épanouissement personnel et sexuel. Cela permet dans une relation (et même dans la vie), d'être plus en confiance mais également de mettre en confiance la personne avec qui on est est.

Alors depuis le début de cet article, je parle du corps dans sa globalité. Mais à vrai dire, les parties qui m'intéressent et qui me semblent plus qu'importante de connaître (à ce jour), ce sont les parties visibles et (surtout) cachées de l'appareil sexuel féminin (le sexe ou du moins les sexes).

Je vais donc me concentrer sur cette zone dans un premier temps!!!

Il n'y a pas qu'une seule représentation possible du corps des femmes ou encore de leur appareil génital, pour la simple raison que chaque femme est différente, chaque femme est unique, cela va de soi. 

Le corps de chaque femme raconte une histoire qui lui est propre.

Je n'ai pas la capacité de représenter tous les corps, mais je peux partager un aperçu de ceux vers lesquels mes recherches m'ont menée. Et j'espère que chacune de vous y trouvera son compte.


KNOW YOUR BODY, KNOW YOUR PUSSY

Private Parts de l'illustratrice Katja Tetzlaff

Je vais commencer par la partie visible de l'appareil sexuel des femmes, les organes sexuels externes aka la vulve.

Je me rappelle qu'avant que je ne commence ma rééducation périnéale, ma sage-femme m'avait remis un miroir pour compléter ses explications sur le périnée. C'est une des rares fois où j'ai eu l'occasion d'observer mon sexe.

Parmi les organes sexuels que l'on peut observer à l’œil nu (cela dépend de chaque femme), en s'aidant d'un miroir et sans forcément s'aider de ses doigts, il y'a:

Le mont de Vénus (pubis) et ses poils pubiens
La vulve
Les grandes et petites lèvres enserrant l'entrée du vagin
Le capuchon du clitoris (prépuce clitoridien
Le gland du clitoris (partie externe du clitoris)

Un exemple de vulve observée en  position gynécologique

Quant aux parties qui peuvent être un peu moins visibles (encore une fois, cela varie d'une femme à une autre) et qui peuvent nécessiter qu'on s'aide de ses doigts pour écarter les grandes et petites lèvres (voir ci-dessus), elles sont les suivantes.

Ps: Un miroir reste toujours quant à lui indispensable pour bien observer tout ça.

Le méat urinaire (ouverture de l'urètre par lequel sort l'urine)

Le vestibule vulvaire** (encore appelé vestibule de la vulve, canal vulvaire, espace inter-labial: c'est la partie de la vulve qui est située entre les petites lèvres et qui comprend le méat urinaire et l'entrée du vagin, ça a un peu la forme d'une cape que le gland du clitoris déploieSon bord est marqué par la ligne de Hart)
Le vestibule vulvaire correspond à toute la partie en rose sur le dessin.

L'entrée du vagin encore appelé orifice vaginal (entre les petites lèvres) dont la taille est proportionnelle à celle de l'hymen.


Restons sur cette zone, il reste encore certaines choses qu'on ne voit pas et qui sont bel et bien présentes:

Le périnée qui est un ensemble de muscles en forme de losange, il est sous la peau et il entoure l'urètre, le vagin et l'anus. Il permet d'amortir les pressions abdominales (il est comme un trampoline). Lors d'un rapport sexuel, si on s'en sert bien, il peut aider à avoir un orgasme (j'ai prévu de revenir sur le périnée lors d'un prochain article).

Les glandes sébacées sur les grandes lèvres

Les glandes vaginales

Les glandes de Bartholin (encore appelées glandes vestibulaires majeures) situées de part et d'autre du vagin et qui sont à l'origine de la lubrification du vagin. Elles s'activent généralement lors de l'orgasme et de l'éjaculation féminine.

Les glandes de Skene (encore appelées glandes para-urétrales, glandes vestibulaires mineures), ce sont des glandes diffuses situées entre le vagin et l'urètre. Au moment de l'orgasme, elles sécrètent un liquide limpide comme de l'eau (éjaculation féminine) par deux petits orifices situés près du méat urinaire. La quantité de liquide émis varie en fonction de chaque femme, cela peut passer inaperçu ou être vraiment abondant. Ce n'est ni de l'urine, ni toutes autres sécrétions émises par le vagin ou la vulve.

Tout comme chez les hommes, cette éjaculation féminine n'est pas forcément signe d'orgasme.


**C'est dans le vestibule que s'ouvrent l'urètre, le vagin, les glandes de Bartholin et celles de Skene.


Passons maintenant aux parties non moins visibles, à savoir le clitoris et l'utérus.

Le clitoris est le seul organe féminin exclusivement dédié au plaisir. Il fait également partie des organes sexuels externes, ce qui est assez paradoxal vu qu'il est presque entièrement caché.



ressource du site CERHES


On peut distinguer 4 parties: les piliers, le corps, le gland et les bulbes (pour manipuler  la version 3D, c'est par ici).

Je trouve le site Clit'info vraiment bien détaillé, aussi je vous invite à y faire un tour si vous souhaitez connaître l'histoire derrière cet organe, son anatomie, des outils si vous souhaitez aller plus loin et découvrir d'autres ressources et enfin une partie détox sur les croyances véhiculées sur le clitoris.

Si vous êtes pressées (ou pas), ce documentaire est fait pour vous, il est court et vient en complément des informations données plus haut.

Documentaire de Lori Malépart-Traversy



Faisons à présent un focus sur l'utérus

Il est situé dans le bas ventre, à l'arrière de la vessie et est globalement de la forme d'une poire. Il prévu pour accueillir un embryon et favoriser son développement. 

À chaque cycle menstruel, sous l'effet des hormones la muqueuse de l'utérus (endomètre) s'épaissit pour favoriser l'implantation d'un éventuel embryon. S'il y'a fécondation, le fœtus s'y loge et s'y développe. Quand il n'y a pas de fécondation, la muqueuse se détruit et on a les règles (ici, j'ai écrit un article sur comment aborder les règles avec sa fille).

 Il évolue tout au long de la vie!!!


Le petit bonus de fin d'article, c'est cette vue d'ensemble sur une partie des organes présentés depuis le début de cet article.

L'appareil sexuel féminin au repos - SVT Egalité



L'appareil sexuel féminin en érection - SVT Egalité


J'espère que mon partage sur mes différentes recherches ainsi que le travail effectué sur les différents schémas vous seront aussi/assez représentatifs qu'il l'ont été pour moi et que vous y trouverez votre compte.

On se dit à très vite, d'ici là prenez soin de vous et n'oubliez pas : ''KNOWLEDGE IS POWER''.