Renforcer les liens avec son enfant quand on n'allaite pas (ou plus)

Renforcer les liens avec son enfant quand on n'allaite pas (ou plus)


Avant même que je ne sois enceinte j'ai toujours voulu allaiter. C'était tellement évident pour moi, que je n'ai même pas pensé à un plan de secours au cas où cela ne se passerait pas comme prévu.

Je savais même comment j'allais m'organiser lorsque j'allais reprendre le boulot ou encore lorsque ma fille irait en crèche.

De nature, j'ai les mamelons ombiliqués (ils ne ressortent pas) mais je me suis dit que cela n'allait pas être un problème, vu que c'est également le cas d'autres femmes dans ma famille, qui elles, ont pu allaiter.

J'étais loin de m'imaginer que cela n'allait pas du tout se passer comme prévu!

Si vous me lisez depuis un bon moment, vous savez que j'ai accouché par césarienne (j'en parle ici) , ce qui n'était pas prévu. Après l'accouchement, j'étais tellement épuisée par le travail et aussi émue de voir mon bébé que je n'ai pas pu l'allaiter immédiatement. 

En plus on était en train de me recoudre.

Je revu mon bébé que quelques heures plus tard, au moment où j'ai rejoins ma chambre. La césarienne étant une opération, j'ai dû rester en observation, sans bouger pendant un temps qui m'a parut interminable...

Entre temps, les puéricultrices lui avaient déjà donné un biberon!!! 

Ce n'est que le lendemain de l'accouchement que j'ai essayé d'allaiter.

C'était la grosse galère!!! 

Mes tétons ne ressortaient pas, il fallait trouver une position confortable pour allaiter tout en supportant la douleur de la césarienne et la petite n'était pas patiente. Selon une des puéricultrices, son impatience venait sûrement du fait qu'elle avait déjà eu des biberons la veille et que c'était assez easy contrairement au sein où cela demande un peu de patience.

S'il y'a une chose que j'ai retenu sur l'allaitement lors de mes cours de préparation à l'accouchement, c'est qu'il faut demander autant d'aide que possible aux sage-femmes jusqu'à trouver LA bonne position pour allaiter, se sentir en confiance, prendre la main. Et cela jusqu'à ce qu'on sente que l'allaitement se passe bien.

C'est ce que j'ai fait, j'ai essayé et réessayé avec différentes sage-femmes. Une m'a même donné des coquilles d'allaitement et des bouts de sein en silicone.

Les coquilles d'allaitement se portent dans le soutien gorge. À la base, elles servent à protéger les mamelons endoloris (à  éviter les frottements avec les vêtements) et à recueillir les fuites de lait. 

Coquilles d'allaitement de la marque Medela

Mais dans mon cas, elles servaient plus à faire ressortir mes mamelons. 

Une des sage-femmes m'a expliquée que le mieux quand on a des mamelons ombiliqués, c'est de les porter avant l'accouchement, afin que le mamelons soient déjà sortis quand le bébé est là. 

Les bouts de sein quant à eux aident les mères qui ont des mamelons ombiliqués (mais aussi plats, endoloris ou en cas découlements excessifs) à allaiter.
Résultat de recherche d'images pour "bouts de sein en silicone medela"
Bouts de sein en silicone de la marque Medela
Il y avait des moments où je réussissais à allaiter et d'autres où cela relevait plus du supplice qu'autre chose, aussi bien pour mon bébé que pour moi-même. C'était vraiment loin de ce que je voulais pour nous deux (moment de complicité, d'amour, de paix, de tendresse... un moment rien qu'à nous deux quoi!). 

Je suis même allée jusqu'à tirer mon lait (plus tôt que prévu), mais la foi n'y était plus et c'était plus parce que je ressentais une certaine culpabilité à ne pas avoir mené à bout mon allaitement comme que je le souhaitais. De plus certaines personnes autour de moi faisait également rejaillir cette culpabilité.

Je suis donc passée au biberon. 

J'ai toujours entendu dire que l'allaitement favorise les liens d'attachement et d'affection entre la mère et son enfant.  

Mais en passant au biberon, je me suis demandée, qu'en est-il de ces liens chez celles qui ne peuvent/veulent pas allaiter?*

J'ai observé que malgré le fait que ma fille soit au biberon, les liens d'attachement et d'affection qu'on a l'une pour l'autre se renforcent au fur et à mesure que le temps passe. Et je reste convaincue que  des paramètres autres que "la nourriture" y participent.

Peut-être que ces liens ne se développent aussi rapidement qu'ils l'auraient été chez une mère allaitante car il n'y a pas autant de contacts corporels avec le biberon que lors de la mise au sein. Mais ils se développent et c'est l'essentiel. D'autant plus que chaque relation est différente, je crois que chaque lien est unique.


*J'aimerais préciser que l'allaitement ou le biberon, le fait de téter ne crée pas les liens entre la mère et l'enfant (nuance), mais les renforce.

En me basant sur mon expérience et mes différentes recherches (principalement sur internet et des forums concernant ce sujet, j'aime bien traîner par là), je peux affirmer que celles qui n'allaitent pas, peuvent également développer/renforcer ces liens.

C'est possible, à condition que toutes les autres sphères du développement de l'enfant soient comblées.

Les liens d'attachement et d'affection se construisent avant tout avec de l'amour, de la tendresse et des soins. Ce sont là les besoins de base d'un bébé et c'est ce qui lui permet d'avoir confiance en la personne qui s'occupe de lui. 

Et la confiance est une des clés qui permet d'avoir un attachement solide.

Dans les premières années de sa vie, l'enfant n'a besoin que de ces 3 choses: AmourSoinsConfiance (à travers ceux-ci, on retrouve les contacts peau-à-peau, les caresses, les chansons, les mots doux,...).

Aussi bien que ces liens se construisent, il peuvent se détruire aussi, comme tout lien, s'il n'est pas (bien) entretenu. 

Ce n'est l'allaitement en tant que tel qui favorise le lien. Mais plutôt le contact qu'il implique et très important, l'environnement dans lequel évolue l'enfant. Il est recommandé par exemple d'allaiter/de donner le biberon dans un environnement calme, loin de toutes distractions (à l'écart) et tout élément susceptible de perturber ce moment d'échange.

J'en arrive donc à la conclusion suivante: 
Peut importe la manière dont on nourrit notre bébé, on n'a absolument aucune inquiétude à se faire, quant à savoir si des liens vont se développer de la même manière que si on n'allaite ou pas... 

Si nous savons être à leur écoute, être attentives, si nous leur donnons tout l'amour dont ils ont besoin, de la tendresse, si nous arrivons à construire une relation de confiance avec eux et si nous répondons à leurs besoins, à coup sûr ces liens se développeront.