Parler des règles avec sa fille

Une partie de l'Oeuvre de l'artiste Sarah Naqvi

Les règles,

De ce que je me rappelle, je les ai eu tôt. Je n'étais même pas au collège. J'étais très intriguée, apeurée même.

Je ne savais pas ce que c'était!!!

Mes souvenirs sont un peu flous, je me rappelle juste qu'on mangeait en famille et qu'à un moment, je suis sortie de table.

Ma mère voyant que je mettais du temps à revenir est venue me trouver. Je ne me rappelle plus de ce qu'elle m'a dit, je sais juste que ça s'est bien passé, qu'elle m'a rassurée et qu'au final je me suis retrouvée avec de grosses serviettes hygiéniques (les Vania), pas du tout confortables.

La vie a repris son court, s'en sont suivi d'autres règles avec les fameux "est-ce que je suis tâchée stp?" qu'on adresse à la bestie quand on a un doute.

La petite tâche de sang que l'on cache soigneusement en dessous d'un pull le temps de se changer, les règles douloureuses, les premiers tampons... tout ça, tout ça!

Puis il y'a eu aussi le temps passé sur internet, les cours d'éducation sexuelle, la lecture de livres et de magazines et surtout une meilleure connaissance de soi qui m'ont permis de mieux apprivoiser mes règles.


Aujourd'hui je suis mère d'une petite fille qui pour le moment n'est qu' un bébé. 

Un bébé qui grandit vite et qui un beau jour, sans crier garde sera une jeune fille, une jeune fille qui aura ses règles.

Aussi je me demande, quel est le bon moment pour aborder ce sujet avec elle. Quand et comment m'y prendre?

En me documentant sur le sujet, et en en discutant avec ma sage femme.

Il en est ressorti qu'on peut en parler à tout âge mais que le plus tôt est le mieux. À savoir dès la petite enfance (3-6 ans).


Pourquoi?

Tout simplement parce que c'est plus facile d'en parler pendant qu'elle est encore une enfant plutôt que d'attendre l'adolescence où cela pourra paraître intrusif.

Plus tôt on met un nom dessus, mieux sa mémoire s'en imprègne. Ainsi elle est plus confiante et plus sereine en attendant de les avoir.


Le plus tôt possible, et le plus naturellement possible.

En expliquant le plus simplement possible et en prenant soin de démystifier/détaboufier les règles.

 Afin qu'elle n'ait pas peur quand elle aura les siennes et ne se fasse pas de fausses  idées non plus (fantasmes).

En insistant sur le fait que c'est tout à fait normal et naturel de les avoir.

En prenant son temps, pour lui dévoiler un peu plus, au fur et à mesure qu'elle grandit. En veillant à s'adapter à son âge mais aussi à sa capacité d'écoute.

En se montrant rassurante, bienveillante et en prenant le temps de répondre à ses questions.

Ainsi une fois qu'elle aura ses règles, elle aura une bonne partie des clés en main et ne se sentira pas perdue.


Une fois qu'elle aura ses règles...

Là on peut un peu plus entrer dans les détails, à savoir ce qui va changer physiquement et ce que avoir ses règles implique. 

Je dirais à ma fille de ne surtout pas écouter les "on dit". De s'informer et de se faire sa propre idée sur les règles!!!

 Je lui dirais que cela ne fait pas d'elle "une femme" comme on a tendance à l'entendre. Mais que c'est juste la manière dont son corps se prépare à l'arrivée potentielle d'un bébé et comment il réagit quand il n'y en a pas. Qu'elle pourra continuer de faire ce qu'elle veut, si elle le veut.

On verra ensemble, quels sont les différentes protections hygiéniques qui existent et elle choisira en fonction de ce qu'elle préfère.


Le choix des premières protections

Bien évidemment qu'il se fera en fonction de ses préférences.

Mais également de son confort, de celles qui la rassurent le plus et la mettent en confiance, de son budget, de celles qui sont safe, écologiques...

Si elle ne veut pas/plus m'en parler?

Et bien ce ne sera pas un souci, il y aura ses tantes, sa marraine, la gynéco, la sage femme... Des personnes de confiance ou même des livres, on verra.

Ce qui est sûr, c'est que je ne vais pas la forcer à n'en parler qu'avec moi.

Et pour finir, je la laisserai expérimenter son propre cheminement, s'approprier son corps, apprivoiser ses règles.

Je ne serai pas trop loin si elle a besoin de moi.