Fourni par Blogger.

Lifestyle


Tu devrais faire un article sur les difficultés que peuvent rencontrer certaines femmes, 
quand elles décident d'avoir un enfant!!! 
Parce qu'on n'en parle pas assez!!!


C'est ce que m'a dit une amie très proche il y'a quelque jours!!! 
Elle et son partenaire ont du mal à avoir un enfant, elle m'en avait déjà parlé auparavant, mais sans vraiment entrer dans les détails.

Cette fois-ci, elle a évoqué avec moi tout ce par quoi elle est passée dans le cadre de son désir d'enfant et ce qu'il lui reste à ENDURER

Endurer, je pense est le mot approprié car avoir un enfant ne devrait pas être aussi compliqué, aussi éprouvant moralement, physiquement et psychologiquement. Et donc injuste!!!

Cela relève du parcours du combattant!!!

Pour vous replacer dans le contexte, mon amie ne savait pas qu'elle allait avoir des difficultés à être enceinte jusqu'à ce qu'elle décide d'avoir des enfants. Elle a l'impression qu'il y'a un certain tabou autour de l'infertilité.

Et je partage son point de vue!!!

La difficulté à être enceinte ou encore les fausses couches sont des sujets assez sensibles qu'on tait / minimise bien souvent et je trouve cela dommage!!!

Quelques années auparavant, mon amie a découvert qu'elle avait une endométriose* et les derniers examens qu'elle a fait montrent que ses trompes sont bouchées. 


Elle va donc devoir subir une opération!!!


*L'endométriose, c'est quand c'est quand le tissu utérin pousse en dehors de son emplacement normal et s'implante dans les ovaires, les trompes de Fallope et d'autres organes. Il s'agit d'une affection complexe très répandue et c'est une maladie très douloureuse, invalidante et qui peut être source d'infertilité.

Si vous souhaitez plus d'informations sur l'endométriose, 
je vous invite à consulter le site de l'association française de lutte contre l'endométriose: EndoFrance.


Voilà, c'est là où elle en est à présent!
Je vous laisse imaginer son choc, celui de son partenaire et de nous, ses proches quand on a appris la nouvelle.

Avoir des informations quand on est dans ce genre de situation permet de ne pas perdre de temps, de savoir à qui s'adresser et surtout de comprendre ce qui arrive.

Afin de prendre les bonnes dispositions!

En parler aux bonnes personnes (psychologue, parents proches, forums...) et donc savoir à qui s'adresser permet de se sentir comprise ou même juste écoutée, un peu moins seule et surtout rassurée, réconfortée mais également soutenue.

Ce sont les raisons pour lesquelles, je partage avec vous ce qui suit.

 Et bien évidemment, je ne suis pas médecin!!!

Si vous avez besoin de plus d'éclairage, des questionnements, un spécialiste serait à même d'y répondre et de mieux vous orienter. 

Mais c'est important de s'instruire sur le sujet, d'avoir une idée de ce que c'est.


Quelques informations sur l'infertilité

Il y'a une grande différence entre l'infertilité (retard dans la conception) et la stérilité (impossibilité de concevoir). 

On parle d'infertilité lorsqu'en absence de de toute contraception et ce, malgré des rapports sexuels réguliers et assez fréquents, un couple ne réussit pas à concevoir un enfant au bout de 12 mois environ.


On distingue deux types d'infertilité

L'infertilité primaire, elle concerne les couples* n'ayant jamais eu d'enfants (aucune grossesse).
L'infertilité secondaire, elle concerne les couples* ayant un ou plusieurs enfants.

Il me semble plus judicieux de parler de couples* car je pars du principe que le désir d'enfant est propre aux deux partenaires.

L'infertilité primo-secondaire, elle concerne les femmes dont la grossesse n'a pas pu arriver à terme.


 L'infertilité féminine peut être dû à:
  • Des ovaires capricieux, des trompes obstruées, une endométriose ou encore un utérus inhospitalier, une mauvaise hygiène de vie, et... l'âge**.

**La fécondabilité (la probabilité de naissance ou encore la probabilité que l'ovule soit fécondable) chez la femme est stable jusqu'à 30 ans,  puis diminue légèrement après 30 ans et la baisse s'accentue après 35 ans (je ne cherche pas à alarmer ou encore à effrayer, mais juste à renseigner, à partager les différentes informations collectées)

Cela ne veut pas dire que passé 35 ans, il est impossible d'avoir un enfant, loin de là!!! 
C'est possible, c'est juste que la probabilité que cela "ne soit pas facile" est élevée. 

De plus, il est recommandé passé 35 ans, de ne pas attendre un an d'essais de conception infructueux avant de consulter mais plutôt  6 mois.

  • Certains perturbateurs endocriniens (P.E): les pesticides, les insecticides, le bisphénol A et les phtalates...

Pour en savoir plus sur les perturbateurs endocriniens, je vous invite à faire un tour par ici , il y'a un article complet et bien détaillé sur les perturbateurs endocriniens, leur impact sur la fertilité et des conseils sur comment s'en protéger.

  • La pollution environnementale et certains métaux lourds et très polluants pour notre environnement tel que le plomb.

Chez les hommes:

C'est une mauvaise qualité du sperme (altération du sperme: baisse de la qualité et de la quantité de sperme) qui est en général la cause de l'infertilité (d'où la nécessité de consulter à deux pour éviter par exemple à la femme des examens complémentaires). 

En cas d'anomalie du sperme, avoir recours à un médecin spécialiste de la reproduction est recommandé. On demande généralement de faire un spermogramme et un spermocytogramme, parfois d'autres examens complémentaires peuvent être prescrits.


La première chose à faire quand on a un doute sur sa fertilité (que l'on soit en couple ou pas), c'est de consulter un médecin afin d'effectuer un large test de fertilité. Certes il y'a des gynécologues qui sont spécialistes de l'infertilité mais un généraliste peut tout aussi bien vous orienter vers le bon professionnel.


L'inconscient aussi peut en être la cause

Parfois l'inconscient peut être en jeu dans cette affaire. Depuis notre conception, jusqu'à maintenant et même au delà de notre conception, à travers nos parents, grands parents et arrières parents (voir sur deux ou trois générations au moins), notre inconscient se charge en bagage héréditaire qui se transmet de générations en générations.

Comprendre, connaitre l'histoire de sa famille (et donc une partie de son histoire) peut aider à débloquer certaines choses au niveau de l'inconscient.

Parfois l'inconscient peut bloquer la fertilité!!!

Dans ce cas, de séances de sophro analyse peuvent aider.
 La sophro analyse est une thérapie psycho-corporelle associant le corps, le coeur et l'esprit. 
C'est l'allliance de la psychothérapie et de la sophrologie.
Si vous souhaitez en savoir plus, il y'a le site de l'institut européen de sophro-analyse (ici) qui détaille le sujet.


Les examens

La plupart du temps, les examens se font en couple, afin de savoir lequel des deux souffre d'infertilité, voir même si cela concerne les deux partenaires. Cela sert aussi à comprendre le fonctionnement physique et psychique du couple, l'histoire de chacun ainsi que celui des partenaires individuellement.

Pour résumer, il y'a une première consultation qui est suivie d'un examen clinique et d'une série d'examens minutieux qui se déroulent sur plusieurs mois.


Les examens du bilan de fertilité pour les femmes

Le bilan de fertilité permet d'évaluer la fertilité. 
Il se situe à trois niveaux et comprend l'examen des trompes, des ovaires et de la glaire

Voici une liste d'examens les plus courants*** qui peuvent être prescrits dans le cadre d'un bilan d'infertilité.

Attention, il ne s'agit pas ici de généraliser car il y'a plein d'éléments qui sont pris en compte en fonction de chaque couple (contexte familial et médical). 
Là où un couple va avoir tels ou tels examens, un autre couple peut en avoir d'autres. 
C'est vraiment au cas par cas que cela fonctionne!!!


Le bilan ou test ovarien: il comprend la courbe de température, le bilan hormonal, les tests sérologiques, le bilan immunologique.

L'hystérosalpingographie encore appelé HSG: c'est l'examen des trompes et de l'utérus,  (celui-ci a été très douloureux pour mon amie, elle a eu la sensation que son corps était coupé en deux...).

Le test post coïtal de Hühner encore appelé TPC, il consiste à observer les réactions des spermatozoïdes en contact avec la glaire cervicale.

L'échographie endovaginale.

À l'issu de ce premier bilan de fertilité, d'autres examens ou tests de fertilité peuvent être demandés: caryotype sanguin, écho doppler, hystéroscopie, biopsie de l'endomètre, ceolioscopie...

***Pour plus de détails sur l'ensemble de ses examens, je vous invite à consulter  cet article et celui-ci que je trouve vraiment complets. Mon but est d'aller à l'essentiel tout en vous orientant vers les sites sur lesquels je me suis appuyée si vous souhaitez de plus amples informations.

Le bilan permet d'orienter le couple vers la bonne prise en charge, sans perdre de temps.

Au cas où une infertilité est diagnostiquée, il existe d'autres alternatives pour devenir parents (en France):

La Procréation Médicalement Assistée (PMA)
encore appelée 
L'Assistance Médicale à la procréation (AMP)


 Là encore c'est au cas par cas, dans le sens où il y'a une alternative à chaque problème de stérilité.

Parmi les plus courantes (en France)

L'insémination intra-utérine (IIU)
La fécondation in vitro (FIV)
La fécondation in vitro avec ICSI (Intracytoplasmic Sperm Injection)
L'accueil d'embryon
L'adoption...

Si vous avez besoin de plus d'informations, il y'a le site procréation médicale (ici) qui en parle !!!


À toi mon amie et à vous aussi, qui me lisez et pour qui devenir mère relève du parcours du combattant

Je veux que vous sachiez que le fait de ne pas y arriver (pour le moment) ne remet pas en cause votre statut de femme.
Je sais que ça peut paraître bête, dit comme ça mais si jamais un jour cela traverse votre esprit, si à un moment vous ne vous sentez plus légitimes, si votre entourage (et la société) vous le fait sentir... gardez cela en tête, au cas où!!!


Parlez-en!!! SI VOUS EN RESSENTEZ LE BESOIN, seule ou en thérapie de couple, avec un(e) spécialiste ou un/des proche(s), dans un groupe de parole, sur un forum. Dans tous les cas, choisissez bien à qui vous souhaitez en parler, par exemple celles/ceux qui seront à même de vous soutenir sans être intrusifs, stressants (par exemple en vous demandant à chaque fois si ça  a marché...).

En parler peut mettre les bonnes personnes sur votre chemin, cela peut aussi vous aider à prendre conscience que pleins de couples rencontrent cette difficulté et que vous n'êtes pas anormale.

Et sinon...
Je pense qu'il serait judicieux de réfléchir deux fois avant de poser à des femmes/des couples la fameuse question du: "à quand l'enfant?" ou encore "à quand le prochain?".

Déjà parce que cela ne regarde qu'eux, c'est leur vie, ils en font ce qu'ils veulent et aussi parce qu'on ne sait pas où ils en sont dans leur relation, dans leurs envies et aussi ce par quoi ils passent.

























Quand concevoir un enfant n'est pas facile... Et si on parlait un peu de fertilité?


L'adresse qui m'a fichue un sourire en coin

On ne pouvait pas faire meilleur clin d'oeil!!!

Le Grand Amour fait office de restaurant et d'hôtel!

Il se situe au
18 rue de la fidélité (dans le dixième arrondissement de paris).

On est d'accord que ça ne pouvait pas matcher mieux?


Le cadre


Dépaysant tout simplement, avec une grosse dose de végétal comme je les aime.
(c'est ce que j'ai préféré par dessus tout, limite même je ferme les yeux sur le reste!!!).

Ils ont une terrasse intérieure aux couleurs pastels (non mais!!!)


C'est un mix de couleurs chatoyantes, verdoyantes, tout ce qui fait du bien à l'esprit et au moral.

Nous avons opté pour la terrasse, elles sont chauffées et on s'y sent vraiment bien !!! 


C'est limite Caliente tellement c'est bien chauffé!!!

Un bon plan pour se réchauffer quand il fait froid, tout en profitant du cadre.

Si vous faites face aux radiateurs et que vous avez trop chaud, 
vous pouvez toujours demander à diminuer la température voir l'éteindre.

Le service et les plats


J'ai trouvé les plats vraiment abordable en matière de prix, on en a eu toutes les deux pour 40 euros 
avec deux assiettes (chargées les assiettes), un dessert pour moi et un café pour elle.

Croque-madame 
Personnellement, je m'attendais à plus cher!!! 

J'ai pris un croque-madame
je ne m'attendais pas particulièrement à avoir une assiette aussi bien remplie.

Ils font des doggy-bags au passage*.

Pour ce qui est du service, rien à dire, les serveuses étaient agréables, avenantes et à l'écoute.


Croque madame et assiette de salade
On ne le voit pas très bien sur les photos mais sur les coupes, c'est marqué Amour.

Je l'ai déjà dit que cet endroit est vraiment une ode à l'amour ?


Le tiramisu avec un dôme à faire fondre...

* Les doggy-bags c'est quand vous ne finissez pas votre assiette et que vous souhaitez en emporter le reste.

Et le meilleur pour la fin, mon rendez-vous du jour

Je l'ai connue sur instagram et on a décidé de passer du réel au virtuel.

Il s'agit de Sonia connue sous le pseudo de vegetaleen

Je vous invite à faire un tour sur son compte (en cliquant sur le pseudo, plus haut!!!)
elle est doctoresse en biologie végétale, designer végétal et créatrice d'ambiance.
Elle en connaît vraiment un rayon sur les plantes et a la touche végétale (je trouve!!!).

Ce fut une très belle rencontre et on a eu un très bel échange.

Je trouve ça génial que de passer le cap du virtuel, de se voir réellement, d'échanger en face to face.

Un peu intimidant au début, mais sympa tout de même.

On a passé un agréable moment, 
appris un peu plus l'une sur l'autre et découvert un endroit fort sympathique.

Les petits plaisirs et les belles rencontres de la vie quoi!!!










Au grand amour restaurant... j'ai kiffé




Ça y est, c'est l'automne (déjà...)!!! Et bientôt l'hiver!!!

C'est un peu la raison pour laquelle, je me suis décidée à rédiger cet article.
Parce que que ça fait un moment que je veux le faire, mais aussi pour apporter un peu de chaleur par ici et consigner quelques souvenirs par la même occasion.

Il y'a donc quelques mois, je suis allée à Méounes avec ma petite tribu!!!

En fait c'est Méounes-lès-Montrieux, un charmant village situé dans le Var, en région PACA. 

On y était pour le mariage d'une amie. Et c'était également notre premier voyage tous les trois ensemble, en famille. 

On y est allé en voiture (en quittant de Marseille), c'est le seul moyen d'y aller, il n'y a pas de gare!

Ce qui fait qu'au retour, en attendant de rentrer sur Marseille, et surtout après une bonne sieste avec ma fille
(papa ayant opté pour une partie de pétanque, mettez-y l'accent du sud de la France!!!),
 j'ai décidé d'improviser un shooting photo.

J'ai donc réquisitionné le marié (natif de la région),
il m'a aidée à prendre les photos et par la même occasion, m'a servie de guide touristique.

Je n'ai pas eu le temps de bien tout visiter comme il faut, car j'étais très limitée en temps mais le peu que j'ai vu m'a plu.

Déjà quand on se rendait à la cérémonie de mariage, j'avais apprécié la beauté et la simplicité du village, ses maisons colorées, sa flore, ses petits cours d'eau...
Le charme des petits villages du sud de la France quoi!!!




S'il y'a une chose qui est devenue une habitude chez moi, c'est de solliciter d'autres personnes pour me prendre en photo quand le lieu et le contexte s'y prêtent et que je ne peux pas le faire moi-même.

 Je repère le cadre qui me plaît et je guide, pas à pas mon assistant(e) du jour jusqu'à ce qu'on obtienne le rendu désiré. En plus, ce ne sont pas forcément des personnes que je connais.

Là c'était assez easy, je me rends compte que c'est plus facile pour moi de donner des directives à des personnes que je ne connais pas plutôt qu'à ceux/celles qui me sont vraiment proches...


C'est quelque chose que j'aime bien, solliciter des inconnu(e)s, car cela réserve généralement d'agréables surprises.

Cela me permets d'aller un peu plus vers les gens et de m'ouvrir.

 C'est ce côté relationnel que j'aime bien!!!


Là c'est l'endroit où les femmes du village se réunissaient pour laver leur linge (infos venant du marié).
Par contre, je n'ai pas pensé à lui demander quel est le nom de cette partie du village.

Une autre chose que j'ai apprécié c'est la dolce vita qui se dégage de ce village.

Le fait qu'on y prenne son temps et les bons (courts) moments qu'on y a passé, tous réunis, en famille.
Rien que d'y penser, je me sens zen!!!

Comme quoi, pas besoin d'aller bien loin pour se ressourcer...





Méounes

Illustrations de Meredith Grace White

Durant ma grossesse, j'ai fait un alarmant constat: je ne connais pas assez mon corps. Je connais assez bien les parties visibles, mais pour ce qui est de ce qui ne l'est pas, le reste, c'est assez flou.

Pourtant, comme presque tout le monde, j'ai eu de cours de svt sur le corps des femmes (et des hommes). Mais il faut croire que ce n'est pas suffisant et parfois, il faut se l'avouer, ce n'est pas très clair, pas assez bien représenté et surtout pas assez représentatif de la réalité (en tout cas pour ce qui concerne les femmes).

Prenons le clitoris par exemple, ce n'est qu'il y'a quelques mois que j'ai su à quoi il ressemble réellement (je vous en parle plus bas).

Rien qu'en faisant cet article, je me suis rendue compte de l'écart qu'il y'a entre les schémas proposés sur la toile (internet) et la réalité de mon corps.

Déjà au début de mes recherches, presque tous les dessins sur lesquels je tombais et qui représentaient les parties externes du corps des femmes ne s'adressaient clairement pas aux femmes noires, en tout cas moi, je ne m'identifiais pas à ceux-ci.

Et comme je ne disposais que de ceux-ci comme modèles, eh bien je m'en contentais et  j'adaptais en fonction de mon corps.


 Une initiative personnelle était donc dans ce cas nécessaire.

Comme je le disais plus haut, la mienne a débuté durant ma grossesse. Quand j'ai sû que j'étais enceinte, j'ai très vite eu envie d'en apprendre plus sur le milieu dans lequel mon bébé évoluait, à savoir mon utérus.

Je voulais savoir comment mon bébé et mon utérus allaient évoluer, comment mes organes allaient se déplacer. Je savais que des changements allaient s'opérer, que ça allait chambouler des choses en moi, mais j'avais besoin de me les représenter, de pouvoir faire le comparatif de l'avant avec l'après et pour ça je devais connaître mon corps! 

Cette impression de ne pas connaître mon corps, je l'ai également ressentie après l'accouchement, lors de mon entretien postnatal (en échangeant sur les moyens de contraception avec la gynéco de la maternité), lors de ma rééducation périnéale (en évoquant les différents muscles à travailler avec ma sage femme) et celle des grands droits (lorsque la kiné m'a fait une présentation des différents abdominaux).

C'est dans cette démarche que s'inscrit cet article, je le rédige afin de me réapproprier cette partie de mon corps, afin de mieux la connaitre. 

Je pense que connaître son corps, mieux se le représenter contribue énormément à l'épanouissement personnel et sexuel. Cela permet dans une relation (et même dans la vie), d'être plus en confiance mais également de mettre en confiance la personne avec qui on est est.

Alors depuis le début de cet article, je parle du corps dans sa globalité. Mais à vrai dire, les parties qui m'intéressent et qui me semblent plus qu'importante de connaître (à ce jour), ce sont les parties visibles et (surtout) cachées de l'appareil génital féminin (le sexe ou du moins les sexes).

Je vais donc me concentrer sur cette zone dans un premier temps!!!

Il n'y a pas qu'une seule représentation possible du corps des femmes ou encore de leur appareil génital, pour la simple raison que chaque femme est différente, chaque femme est unique, cela va de soi. 

Le corps de chaque femme raconte une histoire qui lui est propre.

Je n'ai pas la capacité de représenter tous les corps, mais je peux partager un aperçu de ceux vers lesquels mes recherches m'ont menée. Et j'espère que chacune de vous y trouvera son compte.


KNOW YOUR BODY, KNOW YOUR PUSSY

Private Parts de l'illustratrice Katja Tetzlaff

Je vais commencer par la partie visible de l'appareil génital des femmes, les organes génitaux externes aka la vulve.

Je me rappelle qu'avant que je ne commence ma rééducation périnéale, ma sage-femme m'avait remis un miroir pour compléter ses explications sur le périnée. C'est une des rares fois où j'ai eu l'occasion d'observer mon sexe.

Parmi les organes génitaux que l'on peut observer à l’œil nu (cela dépend de chaque femme), en s'aidant d'un miroir et sans forcément s'aider de ses doigts, il y'a:

Le mont de Vénus (pubis) et ses poils pubiens
La vulve
Les grandes et petites lèvres enserrant l'entrée du vagin
Le capuchon du clitoris (prépuce clitoridien
Le gland du clitoris (partie externe du clitoris)

Un exemple de vulve observée en  position gynécologique

Quant aux parties qui peuvent être un peu moins visibles (encore une fois, cela varie d'une femme à une autre) et qui peuvent nécessiter qu'on s'aide de ses doigts pour écarter les grandes et petites lèvres (voir ci-dessus), elles sont les suivantes.

Ps: Un miroir reste toujours quant à lui indispensable pour bien observer tout ça.

Le méat urinaire (ouverture de l'urètre par lequel sort l'urine)

Le vestibule vulvaire** (encore appelé vestibule de la vulve, canal vulvaire, espace inter-labial: c'est la partie de la vulve qui est située entre les petites lèvres et qui comprend le méat urinaire et l'entrée du vagin, ça a un peu la forme d'une cape que le gland du clitoris déploieSon bord est marqué par la ligne de Hart)
Le vestibule vulvaire correspond à toute la partie en rose sur le dessin.

L'entrée du vagin encore appelé orifice vaginal (entre les petites lèvres) dont la taille est proportionnelle à celle de l'hymen.


Restons sur cette zone, il reste encore certaines choses qu'on ne voit pas et qui sont bel et bien présentes:

Le périnée qui est un ensemble de muscles en forme de losange, il est sous la peau et il entoure l'urètre, le vagin et l'anus. Il permet d'amortir les pressions abdominales (il est comme un trampoline). Lors d'un rapport sexuel, si on s'en sert bien, il peut aider à avoir un orgasme (j'ai prévu de revenir sur le périnée lors d'un prochain article).

Les glandes sébacées sur les grandes lèvres

Les glandes vaginales

Les glandes de Bartholin (encore appelées glandes vestibulaires majeures) situées de part et d'autre du vagin et qui sont à l'origine de la lubrification du vagin. Elles s'activent généralement lors de l'orgasme et de l'éjaculation féminine.

Les glandes de Skene (encore appelées glandes para-urétrales, glandes vestibulaires mineures), ce sont des glandes diffuses situées entre le vagin et l'urètre. Au moment de l'orgasme, elles sécrètent un liquide limpide comme de l'eau (éjaculation féminine) par deux petits orifices situés près du méat urinaire. La quantité de liquide émis varie en fonction de chaque femme, cela peut passer inaperçu ou être vraiment abondant. Ce n'est ni de l'urine, ni toutes autres sécrétions émises par le vagin ou la vulve.

Tout comme chez les hommes, cette éjaculation féminine n'est pas forcément signe d'orgasme.


**C'est dans le vestibule que s'ouvrent l'urètre, le vagin, les glandes de Bartholin et celles de Skene.


Passons maintenant aux parties non moins visibles, à savoir le clitoris et l'utérus.

Le clitoris est le seul organe féminin exclusivement dédié au plaisir. Il fait également partie des organes génitaux externes, ce qui est assez paradoxal vu qu'il est presque entièrement caché.



ressource du site CERHES


On peut distinguer 4 parties: les piliers, le corps, le gland et les bulbes (pour manipuler  la version 3D, c'est par ici).

Je trouve le site Clit'info vraiment bien détaillé, aussi je vous invite à y faire un tour si vous souhaitez connaître l'histoire derrière cet organe, son anatomie, des outils si vous souhaitez aller plus loin et découvrir d'autres ressources et enfin une partie détox sur les croyances véhiculées sur le clitoris.

Si vous êtes pressées (ou pas), ce documentaire est fait pour vous, il est court et vient en complément des informations données plus haut.

Documentaire de Lori Malépart-Traversy



Faisons à présent un focus sur l'utérus

Il est situé dans le bas ventre, à l'arrière de la vessie et est globalement de la forme d'une poire. Il prévu pour accueillir un embryon et favoriser son développement. 

À chaque cycle menstruel, sous l'effet des hormones la muqueuse de l'utérus (endomètre) s'épaissit pour favoriser l'implantation d'un éventuel embryon. S'il y'a fécondation, le fœtus s'y loge et s'y développe. Quand il n'y a pas de fécondation, la muqueuse se détruit et on a les règles (ici, j'ai écrit un article sur comment aborder les règles avec sa fille).

 Il évolue tout au long de la vie!!!


Le petit bonus de fin d'article, c'est cette vue d'ensemble sur une partie des organes présentés depuis le début de cet article.

L'appareil sexuel féminin au repos - SVT Egalité



L'appareil sexuel féminin en érection - SVT Egalité


J'espère que mon partage sur mes différentes recherches ainsi que le travail effectué sur les différents schémas vous seront aussi/assez représentatifs qu'il l'ont été pour moi et que vous y trouverez votre compte.

On se dit à très vite, d'ici là prenez soin de vous et n'oubliez pas : ''KNOWLEDGE IS POWER''.











Anatomies sexuelles féminines


Avant même que je ne sois enceinte j'ai toujours voulu allaiter. C'était tellement évident pour moi, que je n'ai même pas pensé à un plan de secours au cas où cela ne se passerait pas comme prévu.

Je savais même comment j'allais m'organiser lorsque j'allais reprendre le boulot ou encore lorsque ma fille irait en crèche.

De nature, j'ai les mamelons ombiliqués (ils ne ressortent pas) mais je me suis dit que cela n'allait pas être un problème, vu que c'est également le cas d'autres femmes dans ma famille, qui elles, ont pu allaiter.

J'étais loin de m'imaginer que cela n'allait pas du tout se passer comme prévu!

Si vous me lisez depuis un bon moment, vous savez que j'ai accouché par césarienne (j'en parle ici) , ce qui n'était pas prévu. Après l'accouchement, j'étais tellement épuisée par le travail et aussi émue de voir mon bébé que je n'ai pas pu l'allaiter immédiatement. 

En plus on était en train de me recoudre.

Je revu mon bébé que quelques heures plus tard, au moment où j'ai rejoins ma chambre. La césarienne étant une opération, j'ai dû rester en observation, sans bouger pendant un temps qui m'a parut interminable...

Entre temps, les puéricultrices lui avaient déjà donné un biberon!!! 

Ce n'est que le lendemain de l'accouchement que j'ai essayé d'allaiter.

C'était la grosse galère!!! 

Mes tétons ne ressortaient pas, il fallait trouver une position confortable pour allaiter tout en supportant la douleur de la césarienne et la petite n'était pas patiente. Selon une des puéricultrices, son impatience venait sûrement du fait qu'elle avait déjà eu des biberons la veille et que c'était assez easy contrairement au sein où cela demande un peu de patience.

S'il y'a une chose que j'ai retenu sur l'allaitement lors de mes cours de préparation à l'accouchement, c'est qu'il faut demander autant d'aide que possible aux sage-femmes jusqu'à trouver LA bonne position pour allaiter, se sentir en confiance, prendre la main. Et cela jusqu'à ce qu'on sente que l'allaitement se passe bien.

C'est ce que j'ai fait, j'ai essayé et réessayé avec différentes sage-femmes. Une m'a même donné des coquilles d'allaitement et des bouts de sein en silicone.

Les coquilles d'allaitement se portent dans le soutien gorge. À la base, elles servent à protéger les mamelons endoloris (à  éviter les frottements avec les vêtements) et à recueillir les fuites de lait. 

Coquilles d'allaitement de la marque Medela

Mais dans mon cas, elles servaient plus à faire ressortir mes mamelons. 

Une des sage-femmes m'a expliquée que le mieux quand on a des mamelons ombiliqués, c'est de les porter avant l'accouchement, afin que le mamelons soient déjà sortis quand le bébé est là. 

Les bouts de sein quant à eux aident les mères qui ont des mamelons ombiliqués (mais aussi plats, endoloris ou en cas découlements excessifs) à allaiter.
Résultat de recherche d'images pour "bouts de sein en silicone medela"
Bouts de sein en silicone de la marque Medela
Il y avait des moments où je réussissais à allaiter et d'autres où cela relevait plus du supplice qu'autre chose, aussi bien pour mon bébé que pour moi-même. C'était vraiment loin de ce que je voulais pour nous deux (moment de complicité, d'amour, de paix, de tendresse... un moment rien qu'à nous deux quoi!). 

Je suis même allée jusqu'à tirer mon lait (plus tôt que prévu), mais la foi n'y était plus et c'était plus parce que je ressentais une certaine culpabilité à ne pas avoir mené à bout mon allaitement comme que je le souhaitais. De plus certaines personnes autour de moi faisait également rejaillir cette culpabilité.

Je suis donc passée au biberon. 

J'ai toujours entendu dire que l'allaitement favorise les liens d'attachement et d'affection entre la mère et son enfant.  

Mais en passant au biberon, je me suis demandée, qu'en est-il de ces liens chez celles qui ne peuvent/veulent pas allaiter?*

J'ai observé que malgré le fait que ma fille soit au biberon, les liens d'attachement et d'affection qu'on a l'une pour l'autre se renforcent au fur et à mesure que le temps passe. Et je reste convaincue que  des paramètres autres que "la nourriture" y participent.

Peut-être que ces liens ne se développent aussi rapidement qu'ils l'auraient été chez une mère allaitante car il n'y a pas autant de contacts corporels avec le biberon que lors de la mise au sein. Mais ils se développent et c'est l'essentiel. D'autant plus que chaque relation est différente, je crois que chaque lien est unique.


*J'aimerais préciser que l'allaitement ou le biberon, le fait de téter ne crée pas les liens entre la mère et l'enfant (nuance), mais les renforce.

En me basant sur mon expérience et mes différentes recherches (principalement sur internet et des forums concernant ce sujet, j'aime bien traîner par là), je peux affirmer que celles qui n'allaitent pas, peuvent également développer/renforcer ces liens.

C'est possible, à condition que toutes les autres sphères du développement de l'enfant soient comblées.

Les liens d'attachement et d'affection se construisent avant tout avec de l'amour, de la tendresse et des soins. Ce sont là les besoins de base d'un bébé et c'est ce qui lui permet d'avoir confiance en la personne qui s'occupe de lui. 

Et la confiance est une des clés qui permet d'avoir un attachement solide.

Dans les premières années de sa vie, l'enfant n'a besoin que de ces 3 choses: AmourSoinsConfiance (à travers ceux-ci, on retrouve les contacts peau-à-peau, les caresses, les chansons, les mots doux,...).

Aussi bien que ces liens se construisent, il peuvent se détruire aussi, comme tout lien, s'il n'est pas (bien) entretenu. 

Ce n'est l'allaitement en tant que tel qui favorise le lien. Mais plutôt le contact qu'il implique et très important, l'environnement dans lequel évolue l'enfant. Il est recommandé par exemple d'allaiter/de donner le biberon dans un environnement calme, loin de toutes distractions (à l'écart) et tout élément susceptible de perturber ce moment d'échange.

J'en arrive donc à la conclusion suivante: 
Peut importe la manière dont on nourrit notre bébé, on n'a absolument aucune inquiétude à se faire, quant à savoir si des liens vont se développer de la même manière que si on n'allaite ou pas... 

Si nous savons être à leur écoute, être attentives, si nous leur donnons tout l'amour dont ils ont besoin, de la tendresse, si nous arrivons à construire une relation de confiance avec eux et si nous répondons à leurs besoins, à coup sûr ces liens se développeront.





Renforcer les liens avec son enfant quand on n'allaite pas (ou plus)


Je suis du genre à faire mes comptes chaque mois, à suivre régulièrement mes dépenses histoire de savoir où j'en suis et à le garder en tête lorsque je fais des achats. Chaque mois, j'établis un budget, je sais à combien s'élèvent mes dépense fixes et dernièrement, j'ai même estimé un budget pour mes dépenses variables. Je ne le faisais pas trop avant, mais aujourd'hui cela me semble indispensable.

Vous devez vous demander pourquoi je vous en parle, cela semble assez bien structuré pour que tout roule financièrement pour moi.

Sauf que ce n'est pas le cas!!! 
J'estime que mes finances ne se portent pas aussi bien que je le voudrais.


C'est quoi avoir des finances stables pour moi?

Pour moi, être stable c'est avoir assez d'argent pour subvenir à mes besoins (les charges fixes tout comme les imprévus) et contribuer à ceux de mon foyer (idem fixes et imprévus), ne pas du tout avoir de découvert, ni de dettes, avoir un compte épargne très bien fourni (de telle sorte qu'en cas de gros imprévu par exemple, il puisse servir sur plusieurs mois).
Et surtout que mon budget soit bien géré et respecté.

Pour le moment, je n'en suis certes pas là mais j'aspire à ça. 
Aussi, j'ai décidé une bonne fois pour toute d'emprunter le chemin qui me mènera à la stabilité financière. 
Je veux tout simplement avoir des finances plus saines.


Comment je vais m'y prendre et qu'est ce que j'ai déjà mis en place?

1) J'ai pris conscience que mes finances ne sont pas stables et c'est déjà un grand pas!

À chaque problème (oui je le considère comme un problème), sa solution!!!

Oui mais avant de trouver une solution, il faut reconnaître qu'il y'a un problème, sortir du déni et faire une introspection pour voir depuis quand on traîne le problème et quel a été l'élément déclencheur. 
Et  là seulement, on peut réfléchir aux solutions à mettre en place.

C'est ce que j'ai fait!!! je suis remontée aussi loin que je pouvais, jusqu'à identifier quand est-ce que cela a commencé.

Je pense que cela remonte à très loin, ou du moins ça me parait loin parce que je ne me rappelle pas avec exactitude de l'âge que j'avais. Je me rappelle juste qu'un jour on m'a dit un truc du genre: "hum toi là, telle que je te vois, tu ne pourras pas garder tes sous plus tard hein, tu ne pourras pas faire d'économies, vu comment tu dépenses tes sous...". 

Certes j'ai dit: "noooon, je pourrais, tu verras..." mais au fond de moi, je pense que j'ai douté, j'ai douté de ma capacité à pouvoir gérer mon argent et j'ai intégré ses paroles. Pire même je les ai inconsciemment validées*.

*Si vous êtes mères, ou mères en devenir ou même si vous ne l'êtes pas, je vous invite à peser vos mots quand vous parlez à vos enfants/vous adressez à des enfants. Les enfants ne perçoivent les choses de la même manière que les adultes. Ce qui parait banal pour nous, ne l'est pas forcément pour eux. De plus nous n'attribuons pas de l'importance aux choses de la même manière qu'eux (j'y reviendrais sûrement).

Sinon j'ai vraiment commencé à être responsable de mes finances quand je suis arrivée en France, pour mes études. J'étais financièrement dépendante de mes parents. Ils m'envoyaient des sous que je devais gérer toute seule pendant trois mois, c'était la première fois que j'avais une somme aussi considérable sur mon compte. Mon premier compte bancaire et ma première carte...


Au début je gérais bien mais je me privais beaucoup aussi, tout était calculé et je ne me permettais aucun écart.

Puis quelques années plus tard, mon mode de de vie a évolué. J'ai réalisé qu'il était tout à fait possible de bien gérer son budget tout en se faisant plaisir de temps en temps, j'ai réalisé que les deux pouvaient aller ensemble, à condition de faire quelques ajustements.

Et c'est justement là que je n'ai pas fait gaffe, je n'ai pas bien ajusté. Je vivais au dessus de mes moyens, vivre au dessus de ses moyens, ce n'est pas forcément dépenser de grosses sommes. À partir du moment où tu dépasses (même de quelques centimes) tes revenus, tu vis au dessus de tes moyens.

Et c'est même là que c'est assez vicieux, parce que comme ce ne sont pas de grosses sommes, tu te dis que ce n'est rien, au prochain virement/salaire/bref rentrée d'argent tout rentrera dans l'ordre. Sauf qu'avec le temps, ça devient un style de vie, tu fais des prévisions sur l'argent que tu n'as pas et l'écart se creuse très vite.

L'argent que je n'avais pas et surtout qui ne m'appartenait pas, c'est le découvert. Découvert que je pouvais augmenter comme bon me semblait.

Aujourd'hui, avec du recul, je me dis que c'est quelque chose à vraiment éviter, et auquel il ne faut penser qu'en dernier recours (et même là, c'est vraiment si on n'a pas le choix). Car même si sur le moment, ça semble parfait, si on le traîne longtemps, cela devient difficile de le combler. Après cela dépend de la taille du découvert.


2) J'ai évalué ce que je possède réellement

Parce que pour réaliser mon objectif, je dois avoir les idées claires et surtout avec un point de départ, peu importe comment il est. Je dois savoir où j'en suis, ce que je possède et comment je peux le faire évoluer.


C'est ça qui importe, comment le faire évoluer.

Pour connaître ma vraie situation financière, j'ai déduis mes dettes de ce que je possède actuellement.


3) J'ai pisté mon argent

Je ne sais pas vous mais moi parfois, je me demande où passe mon argent. J'ai beau établir un budget, il est très rare que je ne le dépasse pas. Il y'a certes des imprévus, mais il y'a aussi ces petites dépenses que je fais et qui accumulées font beaucoup. Je me suis par exemple rendue compte que la plus grosse partie de mes dépenses vont dans la nourriture et les imprévus.

Pour suivre mes dépenses sur un mois par exemple, je pars de mes dépenses sur un mois et je les classe par catégories. Je sépare les dépenses fixes, des variables. Je me concentre sur les dépenses variables et je les liste.

(Je regarde par exemple sur l'historique de mon compte, ce que j'ai dépensé en nourriture, je liste chaque achat avec son montant et quand je finis, je fais la somme pour avoir le total des dépenses en nourriture sur un mois).


4) J'ai mis en place un budget réaliste que je compte bien respecter

Une fois que j'ai pisté mon argent, je compare mes dépenses réelles avec ce que j'avais prévu comme budget, en fonction de chaque catégories (nourriture, santé, imprévus...). J'observe les différents écarts et j'ajuste mon budget si jamais les écarts sont vraiment importants. Et bien évidemment, ce budget comprend une partie fixe (loyer, factures...) et une partie variable.

Dans la partie variable, je prends en compte tous les imprévus susceptibles d'arriver sur une longue durée, je les anticipe.

J'établis également une épargne de précaution pour faire face aux imprévus de la vie. Je me fixe un montant à atteindre, et chaque mois, j'alimente cette épargne jusqu'à atteindre mon objectif (et m'en fixer un autre).


5) J'ai décidé d'être intentionnelle avec mes finances

J'ai tous pleins de petits carnets dans lesquels j'écris. Parfois j'y mets mes intentions, toutes mes intentions (des plus simples à celles qui sur le moment me semblent irréalisables) et ensuite je répète chaque jour ces intentions en y mettant beaucoup de convictions (c'est en quelque sorte la méthode Coué - Emile Coué).

Il y'en a que j'arrive à réaliser moi-même mais il y'a d'autres qui se réalisent d'elles-mêmes.

Je vis de manière intentionnelle!!!

Et ce que j'ai remarqué en vivant de manière intentionnelle, c'est que la plupart du temps, les choses se mettent en place d'elles-mêmes afin que mes intentions se réalisent.

Et c'est ce que je souhaite appliquer dans ma vie financière. Je vais dépenser, épargner, prêter de manière intentionnelle de telle sorte que ma vie sera également fructueuse sur le plan financier .

De plus, j'ai appris dernièrement que l'argent a besoin qu'on lui insuffle une direction, sinon il va où il veut, il fait sa vie.


Je déclare donc dès aujourd'hui que:
  • j'ai des finances saines et fructueuses et positivement impactantes
  • j'atteint mon objectif de plan d'épargne de précaution
  • je fais les investissements qu'il faut et j'ai de bons retours sur investissement (eh oui, les intentions ne concerne pas seulement le court terme!!!)
  • mon budget est plus que suffisant et me permet même d'avoir une épargne autre que le plan d'épargne de précaution
  • le découvert, c'est quoi le découvert? ce mot est banni de ma vie (et bam!!!)


6) Je vais continuer d'avoir une  bonne relation avec ma/mon banquier(e)

Je me suis toujours bien entendue avec mes différentes banquières (le dernier en date est un banquier). Si bien qu'elles/ils m'ont quelquefois donné des tuyaux qui m'ont aidé à tenir pendant les temps durs.

Par exemple quand on est à découvert, on dispose de 15 jours pour pouvoir utiliser sa carte sans avoir de frais. Si entre temps vous comblez votre découvert et que vous vous retrouvez quelques jours plus tard à découvert de nouveau, vous disposez de 15 jours à nouveau pour utiliser votre carte sans frais.

Quand on comble son découvert, il est recommandé d'attendre au mois 24 h avant d'utiliser sa carte sans que des frais ne s'appliquent.

Si vous dépassez votre autorisation de découvert, et que vous ne le comblez pas rapidement, vous pouvez vous retrouver fichée à la banque de France. Dans ce cas, vous n'aurez plus droit à une autorisation de découvert jusqu'à ce que vous combliez celui en cours, vous ne pourrez plus utiliser votre carte bancaire, ni faire des chèques.

En tout cas c'est ce qui se fait dans ma banque!!!

Aussi je ne peux que vous recommander de garder le contact avec votre conseiller(e), de ne pas hésiter à appeler si vous avez des questions, voir passer en personne à l'agence de votre banque. Si par exemple, vous êtes à découvert et que vous avez une promesse de rentrée d'argent, n'hésitez pas à le leur dire. Tenez-vous au courant en fonction de la situation financière dans laquelle vous êtes.

Instaurez une relation de confiance avec votre banquier(e), ne les fuyez pas!!!


7) J'en apprends chaque jour un peu plus sur comment gérer mes finances

On ne le dira jamais assez la connaissance est un pouvoir, cela s'applique à tous les domaines de la vie, notamment les finances. Aussi je me documente un max (et je vais continuer de le faire) sur le sujet (comment gérer ses finances).

Dernièrement, j'ai acheté un livre sur la restauration financière et j'ai découvert (même si je pense que c'est l'intention que j'ai posé qui l'a conduite à moi, vous vous souvenez? les choses qui se mettent en place d'elles-mêmes quand on formule nos intentions et qu'on y croit...) le blog de Francesca thefearlessgirlfinances.com , une pépite, que je vous invite à découvrir par vous-mêmes. Elle y parle de finances, de carrière et de mindset.

Elle est claire, simple et précise et surtout elle va à l'essentiel.

Apprendre c'est bien, mais sans la pratique, cela ne sert à rien! 

Vous l'aurez compris, je compte bien mettre en pratique ce que je retiendrai, sur tout ce que j'aurai appris.

8) Je compte transmettre cette stabilité financière à ma fille dès son plus jeune âge

Je veux qu'elle sache bien gérer ses finances. Aussi on (son père et moi) ne lui apprendra pas juste à compter et rendre la monnaie d'une course. On lui montrera comment épargner, faire ses comptes, établir un budget et le respecter. Elle saura également dépenser intelligemment et sans frustration.

On parlera de finances ensemble, je lui parlerai de tout ce qu'e j'ai abordé plus haut et de ce que j'apprendrais tout au long de mes recherches. Je vous en parlerai aussi en faisant une mise à jour régulière de cet article.

Elle saura qu'elle est la vraie valeur de l'argent, que ce n'est qu'un moyen et que ce qu'elle doit privilégier avant tout, ce sont les relations humaines.

Je veux qu'elle sache qu'elle doit se servir de l'argent et non pas servir l'argent.


9) Et si jamais je n’atteins pas mon objectif ?

Je l'atteindrai, en tout cas je fais tout pour et pour le moment, c'est plutôt en bonne voie. Bien évidemment, je me suis fixée des échéances, histoire de garder un bon rythme et ne surtout pas me décourager en chemin.

Et je sais que le résultat final (la tranquillité financière) en vaut le coup.

Je ne compte pas me priver (ni faire des folies) mais plutôt mieux orienter mes choix financiers, reprendre le contrôle de mes finances afin de mieux en profiter et que cela participe à mon épanouissement personnel et ma construction personnelle. 

Vers une meilleure gestion de mes finances personnelles


Dans cet article, j'ai commencé à vous faire découvrir mon cher pays: le Bénin. Je vous expliquais qu'en raison du trop grand nombre d'informations, je préférais vous le présenter en deux fois.

Voici à présent la deuxième partie!!!


La monnaie
Le Bénin est membre de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). On y utilise donc le franc CFA (Communauté Financière Africaine). C'est le même franc CFA que l'on utilise en Afrique centrale (Gabon, Cameroun par exemple). Le taux de change en Euro ne change pas mais les imprimés sur les billets ne sont pas les mêmes...  

1 euro correspond à 655,957 francs CFA. Pour le calcul, on peut l'arrondir à 656 francs CFA. Alors, pour savoir combien fait 10 euros par exemple, il faut multiplier 10 par 656. Ce qui fait 6560 francs CFA. Pour savoir combien fait 100 francs CFA en euros, il suffit de diviser 100 par 656, ce qui fait 0,15 centimes d'euros. 

Les saisons
Le Sud du pays a deux saisons sèches (de novembre à mi-avril et de mi-juillet à mi-septembre) et deux saisons pluvieuses (de mi-avril à mi-juillet et de mi-septembre à octobre). Les saisons sèches sont en réalité moins humides et chaudes.

Le Nord a un climat "subtropical" avec une saison sèche allant d'octobre à fin mai et une saison des pluies allant de juin à septembre.





Les périodes de fortes pluies sont juin et septembre dans le Sud et juillet et août dans le Nord. Les mois les plus chauds sont avril et mai. Mais tout au long de l'année, les températures sont comprises entre 20 et 35°C.




Attention aux moustiques!!!
Un traitement préventif contre le Paludisme (Malaria) et plusieurs flacons d'anti-moustique (essence de citronnelle, pour les locaux) sont nécessaires. 


La meilleure façon pour se protéger du Paludisme, c'est de dormir sous une moustiquaire  (en bleu sur la photo ci-dessous). 




Ce qui a changé au Bénin
1) Le président du Bénin est Patrice TALON. Eh oui, il a un nom de famille française! Le Bénin  a été colonisé par les français, ne l'oubliez pas!





2) Depuis 2014, le port du casque est devenu "obligatoire" au Bénin! Tous les conducteurs de moto portent un casque pour se protéger. Cela a mis du temps avant que tout le monde comprenne que c'est important de porter un casque... Seul les conducteurs portent un casque. Les passagers pas encore... 

3) Il y'a de plus en plus de blogueuses(eurs) issus de la Diaspora ou même habitant au Bénin qui, par leurs différents articles, n'hésitent pas à clamer haut et fort qu'elles/ils viennent du Bénin. 

Il y a entre autres les blogs : 



Lifestyle et Voyage
 Awesome Places and Events 

N'hésitez pas à faire un tour sur ce blog qui fait la promotion des talents venant du Bénin Irawo Talents
Ou encore à voyager à travers les articles du projet Be Kamite : Miroir de la jeunesse africaine
Ou, encore à découvrir les blogs des talentueux photographes Yanick Folly et BBrunyck 



Ce qui n'a pas changé
1) Le service Postal qui met du temps dans la distribution du courrier.

2) Cotonou est la ville la plus polluée du Bénin. Polluée par la fumée qui sort des pots d'échappement des voitures, des camions, des motos mais surtout des taxis-motos en jaune appelés "Zémidjan" (signifie "Emmènes-moi vite") ou "Kêkênon" (conducteur de moto).

Tout cela est dû à la vente illicite d'essence frelatée. Les gens ne vont pas remplir leur réservoir en station service. 

Cette essence est donc vendue à moindre coût et surtout au bord des routes. 


Voici un stand...


Ce commerce nourrit des familles, c'est triste et très dangereux. Plusieurs personnes ont déjà perdu la vie à cause de ce commerce... Quand le stand se trouve au bord d'une route et qu'il y a un accident, c'est tout le stand qui explose!!! Et vous n'imaginez pas les dégâts...

Dur de combattre ce commerce qui tire son origine du Nigéria...

3) Au Bénin, les voitures, les motos et les bus sont surchargés (comme sur la toute première photo). 
C'est "dangereux" mais à la fois "rigolo" et "artistique"! 





Il y a tellement de choses à découvrir au Bénin. Mon cher pays possède des ressources touristiques riches et variées! La meilleure saison pour visiter le Bénin est la saison sèche appelée l'harmattan : de décembre à mi-mai.


J'espère que vous en avez appris beaucoup à travers ces 2 articles dédiés au Bénin. 
Et surtout j'espère que ma cousine et moi avons fait naître en vous, l'envie de le découvrir.

S'il y'a des béninoises qui passent par là, bonne fête de l'indépendance!!!

Odabô looo (Au revoir ooh) !

À la découverte du Bénin (suite)

Entrer|en contact

Nom

E-mail *

Message *